Sécurité

La plate-forme Cybermalveillance.gouv.fr publie son rapport 2020

Graphiques

L'auteur

Revue de l'article

Tous les spécialistes de la sécurité informatique le reconnaissent : la pandémie a été du pain bénit pour les cybercriminels. Dans son rapport d’activité pour l’année 2020, la plate-forme gouvernementale, Cybermalveillance.gouv.fr, le confirme et constate une augmentation des activités criminelles liées à la crise sanitaire – en jouant sur les peurs autour de la maladie, la recherche d’informations ou d’achats autour des mesures prophylactiques, comme le masque et le gel hydroalcoolique, ou les campagnes de vaccination. Ce ne sont pas les seules menaces. Comme le constate le rapport, l’hameçonnage sous toutes ses formes reste l’un des principaux vecteurs à l’origine de multitudes d’attaques informatiques, avec une tendance en expansion de l’utilisation du SMS ; le piratage de compte en ligne représente la deuxième menace constatée par la plate-forme tous publics confondus, qu’il s’agisse des particuliers ou des professionnels ; les arnaques au faux support technique restent bien présentes et les rançongiciels restent la première cause des recherches d’assistance des professionnels des secteurs privés et publics. Ces derniers ont connu une intensification sans précédent en 2020, avec des conséquences souvent désastreuses. L’état des dix principales cybermenaces pour lesquelles des professionnels sont venus chercher de l’assistance sur la plate-forme montre de très fortes similitudes, à quelques nuances près, entre les professionnels du public et ceux du privé. « Cela tend à démontrer que ces deux catégories de publics sont touchées par les mêmes phénomènes cybercriminels dans des proportions comparables », analyse la plate-forme. Le rapport complet est disponible gratuitement à l'adresse : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/tous-nos-contenus/actualites/rapport-activite-2020

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet