Après la Blockchain...

La « neurochain » tiendra-t-elle ses promesses ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°818

Services financiers : l'innovation vue d'Afrique

Avec l’emballement général autour de la blockchain, des cryptomonnaies et autres ICO (Initial Coin Offering), tout le monde y va de sa stratégie révolutionnaire. Dernier acteur en date : la neurochain. Cette solution française cumule dans sa description tous les buzzwords du moment : « évolution de la blockchain qui utilise le machine learning et l’intelligence articficielle (IA) pour améliorer les capacités et les performances des systèmes distribués. Neurochain, c’est également une plate-forme technologique conçue pour accueillir des applications d’IA collectives. » Ambitieux n’est-ce pas ? Ajoutez-y un peu de calcul d’entropie/enthalpie par bot impliqué dans cette création de chaînes de valeur, deux notions qui sont normalement utilisées en thermodynamique et non en mathématique pure ou finance, et une énième cryptomonnaie pour soutenir le projet, le Clausius, et vous obtiendrez un concept marketing proche de la pyrite (ou « or des fées ») : brillant au premier abord, mais assez confus et creux quand on tente d’aller un peu plus loin…

Le site web propose pourtant de nombreux documents explicatifs, mais ceux-ci offrent un étrange mélange de complexité et de surexplications. Ainsi, reprendre les bases du protocole SMTP est-il bien nécessaire ? Il manque en revanche cruellement de cas d’usage possibles. Sans présumer de l’efficacité de ce concept, la présentation est un exemple de ce qu’il ne faut pas faire pour défendre un nouveau produit : caser tous les mots-clés du moment en espérant appâter le chaland (ou le financier) sans avoir d’éléments concrets et tangibles pour permettre d’évaluer la solution et le bien-fondé de ses usages.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet