Prestataire

IBM se scinde de nouveau en deux et se sépare de l’infogérance

IBMScission

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°849

Coût du risque : Une augmentation sous l’emprise d’IFRS 9

Lorsqu’en 2005, IBM avait confié sa branche « poste de travail » au chinois Lenovo, pour se recentrer sur l’informatique d’entreprise et le service, cela avait été suivi par une série de scissions pour se débarrasser des branches moins prolifiques. En 2015, Lenovo avait ainsi récupéré la division « serveur x86 » et le stockage, et l’an dernier, c’était la plus grande partie de son activité logicielle qui passait dans le giron d’HCL. En octobre 2020, IBM a décidé de se séparer de son activité d’infogérance (Managed Infrastructure Services) qu’il sépare de son activité Global Technical Services. La nouvelle société, NewCo se concentrera donc sur la gestion des centres de données et de l’infrastructure en cloud computing pour les clients. La scission, qui passe non par un rachat mais par la création d’une entité nouvelle, ne sera pas conclue avant la fin de 2021. NewCo concevra, exploitera et modernisera l’infrastructure pour les clients. IBM se concentrera sur sa plateforme de cloud computing portée par sa plate-forme Red Hat OpenShift, ainsi que sur les marchés en croissance comme l’intelligence artificielle et le cloud hybride. « Les besoins d’achat client pour les applications et les services d’infrastructure sont en train de diverger, tandis que l’adoption de notre plateforme de cloud hybride s’accélère ; c’est le bon moment pour créer deux entreprises leaders concentrées sur ce qu’elles font le mieux », déclare dans un communiqué Arvind Krishna, nouveau P-DG d’IBM depuis avril dernier. « IBM va se focaliser sur sa plateforme de cloud hybride ouverte et sur ses capacités en intelligence artificielle. NewCo disposera de davantage d’agilité pour concevoir, exécuter et moderniser l’infrastructure des plus grandes organisations dans le monde. Les deux entreprises se placeront sur des trajectoires de croissance améliorée avec une plus grande aptitude à nouer des partenariats et capturer de nouvelles opportunités, en créant de la valeur pour les clients et pour les parties prenantes ». IBM va ainsi évoluer d’un groupe réalisant plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans les services vers une entreprise dont la valeur résidera dans les logiciels et les solutions et dont plus de la moitié du portefeuille reposera sur des revenus récurrents. Pour autant, Arvind Krishna veut se montrer rassurant en précisant que « les deux sociétés continueront de partager un lien fort, puisque NewCo demeurera le partenaire privilégié d’IBM en matière d’infrastructure ».