Cryptomonnaies

Le gouverneur de la Banque de France plaide pour une cryptomonnaie européenne

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°848

Infrastructures en Afrique - Combler le gap de financement

Lors d’un discours devant la Bundesbank, dans le cadre d’une conférence « Banking and Payments in the digital world » le 11 septembre dernier à Berlin, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a rappelé les risques que font courir sur les monnaies régaliennes, les cryptomonnaies, et a proposé l’établissement d’une cryptomonnaie contrôlée par les banques centrales (ou Central Bank Digital Currency – CBDC). Il estime même, parlant de la BCE et de l’Eurosystème que « nous ne pouvons nous permettre d’être à la traîne sur la CBDC ». Il estime que la décision doit être prise d’ici un ou deux ans, car deux risques majeurs pointent leur nez :

– les BigTechs (les GAFAM et leurs équivalents asiatiques) et les réseaux sociaux vont créer des systèmes monétaires qui feront concurrence aux monnaies souveraines. Sans mentionner nommément un réseau ou un autre, même si le sous-entendu Facebook était bien présent, il a rappelé que l’Europe n’a pas su construire de réseau social à l’échelle mondiale ;

– l’émergence d’autres CBDC au niveau des pays, sans coordination internationale, ce qui ferait courir le risque qu’un standard de facto se dégage, lequel ne serait pas forcément favorable aux intérêts européens. L’établissement de ce crypto-euro ne serait pas contradictoire avec le projet EPI (voir Revue Banque n° 847), mais bien complémentaire, et correspondant tous les deux à un besoin d’indépendance de l’Europe par rapport à des outils technologiques basés soit aux États-Unis soit en Asie. Le Conseil central de la BCE devrait parler de CBDC dans les semaines qui viennent.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet