En bref…

Floa

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°849

Coût du risque : Une augmentation sous l’emprise d’IFRS 9

Les Bahamas lancent leur cryptomonnaie nationale. Baptisée Sand Dollars [1], celle-ci est une émanation de la Banque Centrale des Bahamas et veut répondre à des problèmes de paiement d’une île à l’autre.

 

Banque Casino change de nom et devient Floa. La banque détenue à 50 % par le groupe Casino et à 50 % par Crédit Mutuel a changé de nom début octobre. « Nous avons choisi de poursuivre notre développement à l’international sous une nouvelle marque qui reflète pleinement ce que nous sommes aujourd’hui : une banque 100 % digitale, ouverte et innovante » indique Catherine Vidal, directrice générale de Floa. Le nom lui-même est censé indiquer la fluidité du parcours client, faisant entre autres référence au paiement fractionné et différé. Floa s’articule autour de deux marques : Floa Bank pour ses 3 millions de clients particuliers et Floa Pay pour ses partenaires professionnels.

 

Un problème technique perturbe la Bourse de Paris. Le 20 octobre dernier, les cotations d’Euronext ont été interrompues durant trois heures en raison d’un problème technique selon le prestataire. Le système informatique de la Bourse de Francfort (Xetra), duquel dépendent plusieurs Bourses européennes, avait également été victime d’une panne informatique en avril dernier, provoquant un arrêt des échanges durant près de cinq heures. Plus récemment, le 1er octobre dernier, les échanges avaient été interrompus à la Bourse de Tokyo, toujours en raison d’un problème technique.

 

Stripe rachète Paystack. L’américain spécialiste du paiement en ligne a racheté son homologue nigérian pour un montant qui devrait dépasser 200 millions de dollars, soit le prix le plus important jamais atteint par une FinTech africaine. « Plus de 60 000 entreprises au Nigeria et au Ghana utilisent Paystack pour recevoir des paiements en ligne et hors ligne en toute sécurité et développer de nouveaux modèles d’affaires », précise le communiqué de Stripe. Basé à Lagos, Paystack assure plus de la moitié des transactions en ligne au Nigeria et souhaite se développer sur le continent africain, où le marché du commerce en ligne est en croissance de plus de 20 % par an.

[1] http://www.sanddollar.bs/.