En bref...

Boon

Revue de l'article

  • Les cryptomonnaies au menu du prochain G20. Selon le site japonais Kyodo, lors de la prochaine réunion du G20 prévue théoriquement pour octobre 2020, les membres devraient discuter d’une mise en place de normes réglementaires concernant les cryptomonnaies pour contrer les initiatives chinoises ou privées comme le Libra de Facebook dans ce domaine.
  • Emportée par le scandale Wirecard, Boon ferme ses portes. À partir du 3 octobre, la néobanque Boon, l’une des premières à rejoindre Apple Pay en Europe, fermera ses portes. Filiale à 100 % de WireCard, elle est en effet directement impactée par la faillite du groupe et doit cesser ses activités. Elle conseille donc à ses clients de mettre le solde de leur compte à zéro avant le 3 octobre. Après cette date, ceux-ci pourront toujours rapatrier leur argent, mais la société prélèvera alors des frais mensuels de 2,50 € jusqu’à épuisement totalement du solde.
  • Et l’équipe R&D de Wirecard rejoint une autre FinTech… Toujours suite à la débâcle de Wirecard, six des membres de son équipe de R&D menés par Joern Leogrande, l’ex-directeur de l’innovation chez Wirecard, vont rejoindre le groupe Finleap, basé à Berlin, qui chapeaute une écurie de 11 FinTechs dans le monde de la banque, de l’assurance et de la gestion d’actif.
  • Daitaku lève 100 millions de dollars. La start-up américaine née en France a annoncé fin août avoir levé 100 millions de dollars lors d’un tour de table mené par Stripes et auquel ont participé Tiger Global Management, Battery Ventures, CapitalG, Dawn Capital, FirstMark Capital, et ICONIQ. Cette société spécialisée dans l’intelligence artificielle et la data science a mis au point une plate-forme en ligne pour que chaque corps de métier d’une société puisse utiliser ces outils sans formation préalable, notamment dans le monde bancaire pour la prévention des fraudes comme le font certaines filiales de BNP Paribas.
  • EDF, Total et Thales s’associent pour créer un laboratoire sur l’IA. Les trois grandes sociétés industrielles françaises financeront ensemble un laboratoire de recherche fondamentale sur le sujet pour faire des cerveaux numériques « une source de croissance et d’emploi ». Un projet qui s’inscrit dans la ligne du manifeste pour l’intelligence artificielle au service de l’industrie signé début juillet par 14 grands groupes français et dans la charte True AI de Thales (voir Revue Banque n° 843). Les chercheurs seront installés sur le plateau de Saclay. Leur première mission sera de développer une intelligence artificielle « de confiance au service des systèmes critiques industriels », avec un niveau d’exigence absolu sur sa fiabilité et dont la prise de décision puisse être « explicable, voire certifiable ».
  • 1,8 million d’euros récoltés en une campagne sur Kiss Kiss Bank Bank. En 2020, le crowdfunding se porte toujours bien. Le YouTuber et comédien Bob Lennon a en effet récolté plus de 1,8 million d’euros cet été grâce à plus de 25 000 contributeurs (pour un objectif de départ de 35 000 euros) pour les précommandes de son livre : Les Aventures du Pyro-Barbare (et de Billy), La forteresse du chaudron noir, sur la plate-forme Kiss Kiss Bank Bank.
  • Money 20/20 reporte ses événements européens et américains. Sans surprise, Money 20/20 a décidé de décaler d’un an ses salons européen (qui avait déjà été reporté une première fois à septembre) et américains. Désormais, les dates des prochains événements seront du 8 au 10 juin 2021 à Amsterdam pour Money 20/20 Europe, et du 24 au 27 octobre 2021 à Las Vegas pour Money 20/20. L’édition asiatique à Singapour a été annulée sans date de report communiquée à ce jour.
  • Advanzia Bank adopte Apple Pay. Depuis la mi-août, l’un des principaux fournisseurs de cartes de crédit en ligne co-marquée a ouvert cette possibilité à ses clients français. Ceux-ci n’ont qu’à enregistrer leur carte Advanzia dans leur Wallet Apple pour commencer à utiliser Apple Pay.
  • Revolut propose des virements instantanés gratuits dans toute l’Europe. Après l’agrégation de comptes externes en juillet, la néobanque anglaise a annoncé mi-août la possibilité de faire des virements instantanés dans toute la zone SEPA pour ses 12 millions de clients, particuliers comme professionnels, le tout sans frais supplémentaires.
  • Et si la blockchain ne servait… à rien ?  C’est la théorie développée par Jesse Frederik, spécialiste économique du De Correspondent, dans son article « De blockchain : een oplossing voor bijna niets », dont une traduction en anglais est disponible à l'adresse : https://thecorrespondent.com/655/blockchain-the-amazing-solution-for-almost-nothing/86649455475-f933fe63. Pour lui, la technologie en elle-même n’apporte rien de neuf dans quasiment tous les secteurs où elle est proposée. Elle a un seul mérite, mais de taille : mettre en lumière le travail du back-office dans ces secteurs.

 

Sur le même sujet