En bref...

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°846

La régulation à l’épreuve du COVID-19

Postbank victime d'une fraude massive. La banque sud-africaine devra remplacer près de 12 millions de cartes de crédit après la découverte d'une fraude interne : des employés auraient dérobé la clé maîtresse de la banque, qui donne accès aux opérations et à ses systèmes d'information, et auraient effectué  plus de 25 000 transactions frauduleuses sur les comptes des clients pour environ 3 millions de dollars.

BPCE lâche PayLib. Depuis le 16 juin, les clients BRED et Banques Populaires et Caisses d’Épargne (BPCE) ne peuvent plus s’inscrire au service Paylib. Pour les clients qui l’avaient activé auparavant, le service de paiement mobile sans contact sera toujours opérationnel, jusqu’en septembre date à laquelle le service ne sera plus du tout assuré pour les clients du groupe BPCE.

Crédit Agricole Ile de France veut séduire les futurs propriétaires. À travers sa start-up Gustave Bonconseil [1], créée en partenariat avec Quai des Notaires, la banque propose un outil d’accompagnement pour un achat immobilier, des premières visites à la signature finale.

Revolut se met au cashback. Dernière néobanque en date à proposer le service, Revolut a lancé son programme Rewards pour ses clients Metal et Premium. Celui-ci propose un cashback variable concernant les achats effectués avec leur carte Revolut, et des remises sous forme de code de réduction au moment de payer avec ladite carte.

L’ANSSI lance une revue annuelle sur la sécurité informatique, Les Papiers numériques. Elle regroupe des dossiers sur la cybersécurité, des témoignages utilisateurs et des articles prospectifs. Cette revue est à lire en ligne ou à télécharger en PDF gratuitement : https://www.ssi.gouv.fr/uploads/2020/06/anssi-papiers_numeriques-2020.pdf.

IBanFirst lève 21 millions d’euros. Elaia et Bpifrance entrent au capital de la fintech qui une plateforme dédiée aux transactions multidevises, conçue comme une alternative à l’offre traditionnelle des banques. Elle propose des solutions de paiement et un ensemble de services financiers qui ciblent les besoins opérationnels quotidiens des PME et des ETI pour leur permettre de payer et recevoir des paiements quelle que soit la devise, couvrir leurs risques de change et financer leur développement international en temps réel. La fintech dispose de son propre core banking et envisage de nouveaux services comme un outil de suivi des paiements ou des services liés à l’agrégation d’informations bancaires (PSIC) et au financement import.

 

[1] http://gustavebonconseil.ca-paris.fr/index/

 

Sur le même sujet