En Bref...

L'auteur

Pour en savoir plus

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°813

Zone euro, union bancaire… Qu’attendre de l’ère Macron ?

Digital Trade Chain change de nom

Lancée en partenariat avec IBM par sept banques en janvier dernier (Deutsche Bank, HSBC, KBC, Natixis, Rabobank, Société Générale et UniCredit), la plate-forme de transactions transfrontalières basée sur la blockchain change de nom pour devenir We.trade. Elle en profite pour accueillir un huitième partenaire bancaire, Banco Santander. Le lancement de la commercialisation de la plate-forme est toujours prévue pour le deuxième trimestre 2018, avec des premiers tests parmi les utilisateurs des banques membres en février 2018.

 

Avec DoubleLocker, le ransomware passe au mobile

Les ransomwares, ces malwares spécialisés dans le cryptage des données pour demander une rançon à l’utilisateur ne se limitent plus aux ordinateurs. Lukáš Štefanko, chercheur de l'entreprise de sécurité ESET, a trouvé Android/DoubleLocker.A, un malware sous Android qui change le code PIN de l’utilisateur et chiffre les données sur le smartphone en demandant une rançon. Basée sur un cheval de Troie bancaire, la version observée ne touche pour l’instant pas aux données financières, mais selon Lukáš Štefanko, « parce qu’il trouve son origine dans un malware bancaire, DoubleLocker pourrait très bien être modifié pour devenir ce que l’on pourrait appeler un malware bancaire-rançon : un malware à deux niveaux, qui essaie d’abord de voler vos données bancaires et/ou vider votre compte ou compte PayPal, puis de bloquer votre appareil et ses données afin d’exiger une rançon… Toute spéculation mise de côté, nous avons détecté la version test d’un tel malware dans la nature pratiquement en même temps, en mai 2017. »

 

L’Open Cloud Foundation se crée pour garantir la liberté des choix commerciaux.

Sous l’impulsion de l’hébergeur OVH, l’Open Cloud Foundation rassemble plusieurs acteurs du cloud computing – Acronis, Aruba, Auchan Retail, BCG, CISPE, CITC EuraRFID, GoDaddy, ICT4V, Ikoula, INRIA, ISPConnect, i2Coalition, Kamet (Axa), La Poste Colissimo, Linkbynet, NetApp, OpenStack Foundation, Ormuco, OVH, Plesk, SolidHost, Sourcia, UKCloud… – pour définir un ensemble de normes garantissant l’interopérabilité applicative entre les différents services dans le cloud. L’objectif annoncé est de permettre aux clients de passer librement de l’un à l’autre. À cette fin, l’Open Cloud Foundation réalisera en 2018 un observatoire des pratiques sectorielles.

 

Des botnets spécialisés dans la cryptomonnaie

Les cryptomonnaies, bitcoins et autres, demandent de plus en plus de puissance de calcul pour être minées. Certains criminels ingénieux utilisent donc des injonctions SQL dans des sites Web pour installer des cryptomineurs sur les ordinateurs visitant ces sites. Selon Adguard, ces injonctions qui commencent le minage dès qu’un utilisateur arrive sur leur page ont été retrouvées dans 220 des 1 100 sites Web les plus fréquentés et pourraient toucher jusqu’à 500 millions d’internautes. En trois semaines, avec un investissement quasi nul, ces mineurs ont récolté 43 000 dollars.

 

Teradata se penche sur les attentes en matière d’intelligence artificielle des entreprises

En commandant une enquête auprès de 260 de ses clients, Teradata a découvert que 80 % des entreprises utilisent déjà d’une façon ou d’une autre l’intelligence artificielle (IA), mais un tiers des dirigeants estiment qu’il faudra investir encore plus dans l’année qui vient. Pour 42 % d’entre eux, cette IA pourrait être mieux utilisée dans leur société.

 

À quoi ressemblera le paiement en 2050 ?

Limonetik propose gratuitement, contre l’envoi de vos coordonnées, un Livre blanc dans lequel neuf experts (de chez WebHelp, Secure Trading, Pay with my Bank, Worldline ou Société Générale) donnent leurs visions des changements à venir. Le Livre blanc « Le paiement en 2050 et au-delà » est disponible en ligne en langue française (https://www.limonetik.com/ebook/?lang=fr) et anglaise (https://www.limonetik.com/ebook/).

 

Infineon corrige une faille dans ses puces

Le fondeur a corrigé une faille de sécurité importante dans sa bibliothèque de génération de clé RSA. Celle-ci permettait à un attaquant de casser assez facilement les clés ainsi générées et donc de déchiffrer les informations contenues dans les cartes et les TSM (Trusted Security Module) utilisant les puces d’Infineon produites depuis 2012. La faille ayant été révélée en février 2017, les premières rustines commencent seulement à être déployées.

 

Goldman Sachs s’intéresse au bitcoin

Alors que le P-DG de JP Morgan Chase & co considère le bitcoin comme une fraude, son concurrent direct, Goldman Sachs, s’y intéresse, au point d’envisager des opérations de courtage dédiées au bitcoin et aux autres cryptomonnaies, pour répondre à l’intérêt de ses clients vis-à-vis de ces devises, selon une porte-parole de la banque. Cet intérêt se concrétiserait aussi bien dans la partie boursière pure que dans la partie « investissement stratégique » de la banque, laissant entendre selon le Wall Street Journal que Goldman Sachs envisage l’utilisation de bitcoin comme une méthode de paiement et non uniquement comme un placement de valeurs.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet