En bref...

ApplePayWeb

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°800

Crédit immobilier : le modèle français menacé

Facebook intégrera le paiement dans son Messenger. Après avoir intégré les robots logiciels pour permettre les conversations instantanées entre les marques et les utilisateurs de son réseau social, Facebook a annoncé début septembre l’arrivée du paiement dans son service de messagerie Messenger. Concrètement, lors d’une conversation avec une marque, l’utilisateur pourra voir apparaître un bouton Acheter et cliquer dessus pour effectuer son achat. Si les informations nécessaires sont déjà connues, la transaction est validée. Sinon, une nouvelle page s’ouvre pour entrer les informations nécessaires (carte bancaire de type Visa, MasterCard ou Stripe et adresse de livraison). Une offre assez similaire à ce que propose depuis des années WeChat en Asie.

 

En intégrant macOS, Apple Pay s’ouvre aux sites Web. Depuis qu’il est intégré dans la nouvelle version de Mac OS X, devenue le 20 septembre dernier simplement macOS Sierra, Apple Pay n’est plus limité au monde physique. Le moyen de paiement d’Apple est désormais intégré dans Safari, le navigateur natif d’Apple, et peut donc être proposé comme un moyen de paiement par les sites de commerces. 200 000 d’entre eux (dont Spotify, British Airways, Nike, IBM, etc.) ont déjà annoncé leur intention de l’installer. Les visiteurs utilisant Safari pourront payer leur panier en appuyant sur le TouchID de leur iPhone ou iPad, ou sur leur Apple Watch comme pour un paiement en magasin. Avec le même niveau de sécurité, puisque le site recevra un token de paiement et non les informations en clair de leur carte de paiement.

 

L’ITU [1] publie ses bonnes pratiques sur les infrastructures de paiement. L’ITU (institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication) a publié deux rapports concernant les bonnes pratiques et la facilitation de l’intéropérabilité des services financiers numériques dans le monde. Le premier concerne l’accès aux infrastructures de paiement et le deuxième la coopération entre les autorités, les usagers et les prestataires dans le cadre de développement des services nationaux. Avec la publication de ces rapports, l’UTI veut « encourager l’élaboration de systèmes de paiement concurrentiels permettant un accès équitable aux services qu’ils proposent. Nous voulons en outre que ces systèmes nationaux de paiement facilitent la collaboration et l’innovation dans l’intérêt d’un plus large éventail de parties prenantes » , selon son secrétaire général, Houlin Zhao.

 

 

 

[1] http://www.itu.int

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet