Blockchain : IBM ouvre son écosystème pour doper Hyperledger

Walmart-IBM

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°803

Numéro double 803-804 : Prospective 2017 - Rétrospective 2016

Lancé il y a un peu plus d’un an, le projet Hyperledger d’IBM veut permettre la création de blockchains adaptées à la vie des entreprises, sans s’appuyer sur une quelconque monnaie, mais en permettant l’élaboration de contrats intelligents (smart contracts), le tout en s’appuyant sur de l’open source pour ne pas obliger ses partenaires à se retrouver dans un environnement 100 % IBM. Pour booster l’adoption de sa solution, IBM a lancé le 17 décembre dernier un Connect-a-thon, destiné à améliorer la visibilité de sa solution. À cette occasion, Jerry Cuomo, vice-président IBM Blockchain Technologies, a annoncé quelques nouveautés pour 2017, avec notamment, en mars, une nouvelle version de Fabric, le code sur lequel s’appuie Hyperledger : « Cette prochaine version représentera les diverses voix de notre communauté de développeurs et d’utilisateurs. La modularité continue d’être un objet important de recherche avec des capacités améliorées en matière de consensus, de recherche et de services aux membres », explique-t-il sur son blog. Un an après, il rappelle que la première chaîne en production est lancée et dispose déjà de plus 250 000 blocs sur son ledger. Plus de 4 600 développeurs participent au développement. Parmi les différentes utilisations de Hyperledger, Jerry Cuomo cite la traçabilité des diamants par la start-up Everledger, celle des aliments vendus dans les supermarchés Walmart en Chine et la solution de compensation pour les opérations boursières de CLS Group.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet