Asie : vers des nations sans liquide ?

Paiement sans espèces

L'auteur

Pour en savoir plus

image
  • Indices des paiements mobiles de Mazars

    Indices des paiements mobiles de Mazars

Revue de l'article

 

En Suède, seulement 15 % des paiements impliquent des opérations en espèces [1]. Le pays, qui figure en tête des pays utilisant le moins d’espèces au monde grâce à l’utilisation du paiement sans contact, est suivi de près par la Chine. L’utilisation du paiement par carte bancaire sans contact, très répandue en Europe, y laisse la place au paiement mobile, les Chinois ayant en grande partie sauté l’adoption massive des cartes de crédit pour l’utilisation de QR codes scannables.

 

La Chine, championne du paiement sans mobile

Une tendance que confirme l’étude Mazars intitulée « Les perspectives d’évolution des opérateurs télécom – Focus sur les services financiers mobiles » publiée en septembre 2019 et visant à évaluer les opportunités de croissance des services financiers mobiles. Première de l’indice des paiements mobiles établi par le cabinet, qui compare les opportunités relatives à la banque mobile dans 17 pays, en prenant en compte 10 variables liées au comportement des consommateurs, au taux de pénétration des paiements mobiles, à la réglementation et aux infrastructures, la Chine a plusieurs longueurs d’avance. Le pays est déjà en passe de devenir une société où l’argent liquide a disparu.

 

Le Vietnam, en pleine restructuration

S’ils étaient jusqu’à il y a peu des pays où le cash était roi, les pays d’Asie du Sud-Est adoptent eux aussi très rapidement les solutions de paiement sans liquide. Ainsi, au Vietnam, le rapport de GlobalData, « Vietnam Cartes et paiements : opportunités et risques pour 2023 » révèle que le nombre de paiements par carte a plus que quintuplé au cours des cinq dernières années, passant de 56 millions en 2015 à 271 000 000 en 2019, à un taux annuel de croissance de 48,3 %. Une croissance due à la fois aux initiatives d'inclusion financière du Gouvernement, à l'émergence des banques en ligne et des néobanques (telles que Timo lancée en 2016), à l'amélioration des infrastructures de paiement et à l'adoption de nouvelles technologies de cartes de paiement. Afin de réduire encore les opérations en espèces, la Banque d'État du Vietnam a accordé des licences à 30 sociétés non bancaires à compter de juillet 2019 afin qu’elles puissent fournir des services de paiement dans le pays, par le biais de canaux en ligne et mobiles pour la plupart. Les banques développent également leurs services aussi bien vers les milieux ruraux qu’urbains sous forme de nouvelles agences, de camions agences mobiles et d’agences en libre-service numérique. L’objectif est d’amener 70 % de la population adulte dans le système bancaire formel d’ici 2020.

 

[1] Source : https://www.riksbank.se/globalassets/media/rapporter/e-krona/2017/rapport_ekrona_uppdaterad_170920_eng.pdf.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet