Analyse financière

« De plus en plus d’institutions imposent la détention du CFA pour exercer comme analyste »

L'analyse financière est une discipline qui sert de socle à bien des métiers bancaires, tant dans la banque commerciale que dans la BFI. Le diplôme du CFA constitue aujourd'hui un standard universel pour sa pratique. L'auteur de l'ouvrage Analyse financière : approche internationale-CFA fait le point.

L'auteur

  • Philippe Thomas
    • Professeur de finance
      ESCP Europe
    • Auteur de l'ouvrage "Analyse financière : approche internationale-CFA®"

Pour en savoir plus

Quels métiers, au sein des institutions financières, sont aujourd'hui les plus grands utilisateurs de l'analyse financière ? Cela a-t-il évolué dans le temps ?

Rappelons tout d’abord que l’analyse financière est née dans la banque, où ont été « inventés » les outils permettant d’analyser le risque de crédit (solvabilité, faillite). Au fil du temps, l’analyse financière est devenue une discipline permettant à tous ceux qui s’interrogent sur la santé financière d’une entreprise de caractériser celle-ci. Si elle compte de multiples utilisateurs (toutes les parties prenantes de l’entreprise), c’est au sein de l’industrie financière qu’elle fait à la fois le plus d’applications et que celles-ci sont les plus approfondies.

L’analyse crédit de la banque commerciale est la plus pratiquée « en volume » pour traiter le risque de crédit : elle cherche à anticiper le risque associé à l’octroi de crédit bancaire. Dans la banque d’affaires, l’analyse concerne un nombre plus limité de sociétés : elle s’inscrit dans des activités de conseil en investissement (la « recherche ») et dans le cadre d’opérations financières portant sur l’Equity (fonds propres) ou la dette.

Qu'apportent les normes et l'examen du CFA en matière d'analyse financière ?

Le CFA (Chartered Financial Analyst) est le diplôme international certifiant la qualification des analystes financiers. Il constitue la reconnaissance d’un haut niveau technique et définit un standard universel. De plus en plus d’institutions financières et de régulation imposent sa détention pour autoriser l’analyste à exercer son activité (principalement pour pouvoir émettre une recommandation d’investissement). Le CFA Institute a établi une doctrine universelle pour l’analyse financière, permettant aux analystes de s’inscrire dans un cadre conceptuel rigoureux et de disposer d'instruments génériques et d'une méthodologie type, à adapter aux différents angles d'étude d'une société.

Au-delà de la méthodologie du CFA, quelles qualités font la différence pour devenir un bon analyste financier ?

L’analyse financière ne peut se résumer à des outils, techniques et procédures, qui peuvent être largement automatisés ! Elle impose que son praticien soit doté d’une grande rigueur technique, qu’il ait une connaissance approfondie du secteur et du métier de la société et qu’il replace l’examen des données financières dans le contexte stratégique et économique de l’entreprise. Il doit aussi être curieux et méfiant : ne pas se laisser berner par ce qu’on lui dit et chercher ce qu’on ne lui dit pas. Enfin, en plus de qualité pour synthétiser et expliquer ses analyses, l’analyste ne doit jamais oublier qu’au-delà du diagnostic, son travail a pour but de recommander une action vis-à-vis de la société examinée, dans une démarche prospective.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet