Gestion des risques

La place des neurosciences dans l’entreprise financière

Les neurosciences peuvent être utilement associées dans un établissement financier pour établir un plan de conformité qui intègre le « facteur humain » et prenne en compte une psychologie individuelle, complémentaire des méthodes informatisées, réglementaires et globales.

illustration

L'auteur

  • Feve
    • Neurologue, docteur en neurosciences et psychanalyste
      Cabinet Neurofinde, Paris

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°777

Les dérivés : enfin sous contrôle ?

De nombreuses structures de contrôle du risque sont mises en place au sein des entreprises financières et permettent de définir et suivre les normes de conformité. À côté des normes réglementaires et des contrôles informatisés, la question individuelle, le « facteur humain », est à l’opposé de la démarche collective, une longue investigation personnelle et confidentielle.La démarche individuelle est rendue d’autant plus nécessaire que les risques psychosociaux sont en aggravation et que les entreprises sont plus vulnérables aux enjeux de réputation. Par ailleurs, les salariés de ces ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet