Cet article appartient au dossier : Protocole banque-entreprise : migration obligatoire.

Changement de protocole

« La migration touche au cœur stratégique des entreprises »

L'auteur

  • Isabelle Djian
    • Chargée de mission senior, Direction des affaires économiques et financières
      MEDEF

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°736

Banques / Assurances : la concurrence s’intensifie

Quelle est l’implication du Medef dans ce projet ?

Le Medef est associé étroitement aux côtés du CFONB et d’autres associations professionnelles, pour sensibiliser les entreprises à l’imminence de la migration ETEBAC. Le Medef a la particularité de représenter l’ensemble des entreprises, les plus grandes, mais aussi les ETI, PME/PMI ou TPE.  Le Medef s’est donc tout naturellement associé à cette démarche qui concerne près de 90 000 entreprises.

Nos partenaires comptent sur nous pour relayer massivement cette information car il y a aujourd’hui urgence : au vu des statistiques qui nous sont remontées, le taux de migration n’atteint même pas la moitié des entreprises concernées, et il est encore plus bas en ce qui concerne les PME/PMI.

Quelles recommandations faites-vous passer aux chefs d’entreprise ?

Nous mobilisons tous nos modes de communication, notamment au travers du maillage des Medef territoriaux et des fédérations professionnelles, pour alerter les chefs d’entreprise sur la priorité que représente cette démarche : elle peut apparaître de prime abord comme une migration technique alors qu’elle touche au contraire au cœur stratégique de l’entreprise, puisque c’est l’ensemble de la trésorerie qui est concerné : encaissements, paiements, règlements fournisseurs, salaires, etc. Il y a un besoin vital d’assurer la continuité des services.

La recommandation que nous faisons aux chefs d’entreprise, avec l’ensemble de nos partenaires, est de se rapprocher de leur banque, sans vouloir non plus nous montrer trop alarmistes : les modalités pratiques de la migration restent relativement simples et l’ensemble des acteurs, banquiers et intégrateurs, sont prêts pour aider les entreprises.

Pourquoi avoir adopté cette démarche collective de sensibilisation, entre Medef, AFTE, CFONB ?

Nous avons adopté la même démarche collégiale que celle appliquée dans le cadre du comité national SEPA : la France est tout de même citée à ce sujet en exemple au niveau européen, en termes de gouvernance ! Nous avons vite pris conscience que nous avancerions plus vite ensemble qu’en ordre dispersé. Et nous avons tous intérêt à ce que cela se passe bien…

 

Sommaire du dossier

Protocole banque-entreprise : migration obligatoire