Économie numérique

Les apports des datarooms électroniques

Les banques sont amenées à stocker de plus en plus de données et à les échanger, que ce soit entre elles, avec leurs clients ou les régulateurs. Pour y parvenir sans compromettre la sécurité et la confidentialité de ces informations, l’utilisation de datarooms virtuelles peut être une solution.

llustration

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°779

Numéro double 779-780 : Rétrospective 2014 - Prospective 2015

L’internationalisation des échanges et l'essor des technologies numériques – et notamment du cloud computing – ont révolutionné le stockage et l’échange des données. S’il est aujourd’hui possible d’utiliser des serveurs distants pour traiter ou stocker des volumes de données très importants, se pose la question de leur sécurisation, notamment après la découverte de nombreuses failles (Heartbleed, Dropbox, etc.) et surtout du scandale PRISM, dévoilé par Edward Snowden. Une récente étude révèle ainsi que si 70 % des décideurs IT interrogés déclarent utiliser des applications web et de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet