IFRS 3 : quand les mathématiques financières militent en faveur de l’amortissement des survaleurs

Des métriques financières non conventionnelles démontrent le caractère mécanique de la convergence financière de la rentabilité et du coût du capital à l’infini, ce qui justifie de réintroduire l’amortissement des survaleurs, contrairement aux préceptes de la norme IFRS 3.

tableau 1

L'auteur

  • Tanguy Faroult
    • Directeur des études Direction Audit, Risques et Contrôle Groupe
      Groupama
    • Enseignant Mastère Finance et Stratégie
      Sciences Po Paris

Revue de l'article

Le thème controversé du traitement comptable des écarts d’acquisition et d’un éventuel retour à leur amortissement divise profondément la profession comptable. Le président de l’Autorité des normes comptables (ANC) intervenant récemment à Paris [1] évoquait les débats passionnés et se félicitait, tout en reconnaissant les défauts de la norme actuelle, de la décision de l’EFRAG de janvier 2017 de maintenir le statu quo et de ne pas ajouter, dans le contexte actuel, de l’instabilité à de l’instabilité.L’objectif de cet article est de montrer que des recherches récentes sur les « métriques ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet