Cet article appartient au dossier : Universwiftnet, Les relations banques - entreprises.

Editorial

Hello Goodbye

L'auteur

  • Hervé Postic 1
    • CEO
      Utsit Groupe
    • Fondateur-animateur
      Forum Universwiftnet

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°377

Universwiftnet - Relations banques-entreprises

Quand, un jour de juin 2016, le peuple britannique décida d’une courte tête qu’il convenait que le Royaume-Uni quittât l’Union européenne, nombre d’entre nous imaginèrent qu’une solution raisonnable serait trouvée pour que le sens de l’histoire ne marchât pas à contresens et que 45 années de vie commune, certes tumultueuse, ne se terminassent pas en divorce pour faute. La nation de nos « voisins », comme le dit si joliment la campagne initiée par l’ambassade du Royaume-Uni en France, a une histoire quinze fois centenaire qui ne pourrait se résumer à son dernier petit demi-siècle, et il serait sans doute trop orgueilleux, de la part de l’Union européenne, de clamer que « hors d’elle, point de salut ».

Si l’on peut s’attendre à un changement prochain des équilibres entre la City et les places européennes continentales, à une période d’ajustement douanière et à d’autres désagréments transitoires, l’une des forces de nos voisins subsiste néanmoins ailleurs, dans ce fameux soft power, cette prégnance du Royaume dans tant de domaines – de l’éducation, des sciences et de la culture –, insensible sans doute au Brexit et qui renforce la puissance économique de l’archipel.

Les composantes de cette puissance sont multiples : la langue, bien sûr, qui a remplacé la nôtre jusque dans les relations diplomatiques ; la common law, qui supplante peu à peu le droit latin dans les relations commerciales ; les universités, qui attirent tant de nos jeunes compatriotes ; le méridien de Greenwich qui donne le la des cut-off ; le modèle économique de la premier league qui façonne le football européen ; le Financial Times, oracle des marchés ; dans notre petit monde du cash management, on pourrait citer le poids de la conférence organisée par Eurofinance et l’attrait pour la certification délivrée par l’ACT. Enfin, puisque nous avons choisi cet art pour illustrer cette 16e rencontre Universwiftnet, nous ne pouvons oublier la musique, de Purcell aux Beatles, de Genesis et Pink Floyd à Adele et Coldplay…

Inviter pour ouvrir Universwiftnet une personnalité comme M. Mathew Lodge, ministre plénipotentiaire et ambassadeur du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord auprès de l’UNESCO, relève pour nous de cette profonde conviction. Nous connaissons le rayonnement d’un Royaume tourné vers le large, dont l’horizon ne se résume pas à la côte française, au demeurant magnifique, de l’Aber-Wrac’h au Touquet. Nous savons que « voyager » ne saurait se résumer à prendre l’Eurostar pour rejoindre Bruxelles ou Paris, mais que la « richesse commune » de l’Empire se trouve parsemée aux quatre coins du globe, au fil des aventures et des expéditions d’un peuple pour qui entreprendre et risquer est une première nature.

À l’heure où j’écris ces quelques mots, 40 jours avant l’échéance du 29 mars, l’imbroglio politique est pourtant à son comble, à Londres, et entre Londres et Bruxelles. En choisissant il y a 9 mois une chanson des Beatles pour illustrer la thématique principale d’Universwiftnet en cette fin d’hiver, nous n’imaginions pas à quel point elle illustrerait encore si bien la part d’inconnu de la situation dans laquelle nous nous trouvons tous. Mais la résilience des peuples et la nécessité économique viendront sans aucun doute joindre leurs forces à la « puissance douce » ; ce qui ne peut que nous rendre optimistes. « You say Goodbye, and I say Hello ! »

 

Achevé de rédiger le 19 février 2019.

 

Universwiftnet est la conférence annuelle consacrée aux relations banque-entreprise. Si l’actualité fait du Brexit un élément phare de la journée et du numéro spécial de Banque & Stratégie qui l’accompagne, les préoccupations restent néanmoins aussi centrées sur la transformation digitale, notamment dans le monde des paiements, tant à l’international que dans les usages domestiques en BtoC.

 

Sommaire du dossier

Les relations banques - entreprises

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet