Bonnes pratiques

Comment rendre robuste son programme de continuité d'activité ?

Quels sont les moyens d'assurer un niveau d'activité maximal ? Certaines fonctions (services en ligne, règlements interbancaires, autorisations de paiement par carte?) ne peuvent en effet souffrir d'interruption. Un début de réponse en quelques recommandations.

Plan de continuité d'activité

L'auteur

  • Alain Dequier
    • Responsable de la prévention des risques
      Secrétariat général de la Commission bancaire

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°718

Les produits dérivés au tamis de la transparence

La réglementation bancaire française a défini en 2004 le plan de continuité de l’activité comme “un ensemble de mesures visant à assurer, selon divers scénarios de crises, y compris face à des chocs extrêmes, le maintien, le cas échéant de façon temporaire selon un mode dégradé, des prestations de services ou d’autres tâches opérationnelles essentielles ou importantes de l’entreprise puis la reprise planifiée des activités”. Depuis cette date, des investissements informatiques et des organisations du travail ont permis d’atteindre un niveau de continuité que l’on peut qualifier de robuste. ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet