Transactions de paiement

Authentification forte, un outil puissant mais difficile à mettre en œuvre

La mise en œuvre des procédures d’authentification forte prévues par la DSP 2 pose des problèmes d'ordre technologique pour introduire ces solutions dans des systèmes d’information parfois peu flexibles, d’ordre commercial en rallongeant pour les clients la durée des transactions, et d’ordre juridique concernant la protection des données personnelles.

Authentification forte, un outils puissant mais difficile à mettre en oeuvre

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°842

Services financiers : Faut-il avoir peur des BIG TECHS ?

L’authentification forte est l’une des mesures phares de la directive sur les services de paiement (DSP 2). Avant toute chose, pour comprendre les raisons de l’introduction de ce nouveau protocole, il est nécessaire de bien différencier l’identification de l’authentification. L’identification est un ensemble d’éléments qui permet de dire qui on est, par exemple par l’intermédiaire d’un login, un matricule, un document d’identité, etc., sans pour autant certifier notre identité réelle. Cette dernière étape relève de l’authentification (est-on réellement la personne que l’on annonce être ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet