Résolution bancaire et pouvoir de renflouement interne

Le « level-playing field » est-il une fois de plus remis en cause ?

Pour permettre la mise en œuvre du bail-in, les banques européennes devront se doter d’un niveau minimum de passifs susceptibles de servir à leur renflouement interne. Toutefois, s'ajoute à ce dispositif européen, dénommé MREL, celui fixé dans le même but par le FSB pour les banques systémiques européennes : le TLAC. Une double contrainte que ne subissent ni les autres banques européennes ni, par exemple, les autres banques systémiques américaines.

2. Les passifs éligibles au renflouement interne

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°783

Conformité : entre prévention et sanctions

La Directive européenne du 15 mai 2014 sur la résolution, dite « BRRD [1]», confère à l’Autorité de résolution européenne des pouvoirs dits « exorbitants du droit commun [2] », notamment en matière de droit de la faillite. Parmi eux, le renflouement interne, plus connu sous le nom de « bail-in », constitue un outil de résolution puissant et inédit, imaginé au départ par le Conseil de stabilité financière (FSB) dans le cadre de ses Key attributes [3] publiés en octobre 2011, afin d’éviter le recours au soutien financier public en cas de défaillance bancaire. Il permet à l’Autorité de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)