CJCE, 21 septembre 1999 : Compagnie de Saint-Gobain. Droit communautaire. Application fiscale d...

commentaire : Les établissements stables ne sont pas considérés comme résidents de l'Etat dans lequel ils sont situés. Rien ne justifie pourtant qu'un établissement d'une société ayant son siège dans un état de l'Union européenne soit au plan fiscal traité moins favorablement qu'une société résidente. A ce titre, il doit donc pouvoir accéder au bénéfice des avantages fiscaux issus de l'application des conventions fiscales conclues entre les Etats dans lesquels les revenus qu'il perçoit prennent leur source (Etat de source) et l'Etat où il est situé. La CJCE a ainsi jugé contraire au droit communautaire le refus opposé par un Etat de l'Union (l'Allemagne) d'accorder aux établissements stables situés sur son territoire le bénéfice d'exonérations provenant de conventions signées avec des pays tiers (Etats-Unis, Suisse), lorsque le siège de l'établissement stable est également situé dans l'un des Etats de l'Union (France).

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°68

Banque et Droit 68 novembre-décembre1999


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)