Chronique de droit bancaire : Lettre de change. Banquier escompteur. Qualité de tiers porteur d...

- La cour d'appel a pu rechercher si les mentions portées sur les lettres de change dont la banque réclamait le paiement lui permettaient de se prévaloir de la qualité de tiers porteur de bonne foi ; - "qu'en l'absence de toute indication sur la nature de l'endossement, celui-ci est présumé translatif de propriété et qu'un signataire antérieur peut se prévaloir de la situation apparente".-(Cass. com., 24 septembre 2002 arrêt n° 1488 F-P, Société Banco de Sabadell c/Société Berpimex.)

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°87

BD87


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)