Chronique de droit bancaire : Chèque de banque. Chèque falsifié. Communication de l'identité du...

Attendu qu'en se déterminant ainsi, alors que la Caisse d'épargne avait fait valoir qu'elle ne détenait pas les renseignements demandés concernant le bénéficiaire du chèque, que ces renseignements étaient détenus par un autre établissement de crédit, et qu'elle ne pouvait enjoindre à la Caisse d'épargne de communiquer des renseignements qui n'étaient pas en sa possession, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision" au regard de l'article 10 du code civil et des articles 11 et 808 du nouveau code de procédure civile. - (Cass. com. 26 février 2002, arrêt n° 486 FS-P, Caisse d'épargne et de prévoyance des pays de Loire c/Epx. Piot et a., Bull. civ. IV n° 40 p. 40 ; Rev. dr. bancaire et financier n° 3, mai-juin 2002. 120, obs. F.-J. Crédot et Y. Gérard.)

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°85

BD85


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)