Abus de minorité. Refus d'un actionnaire de voter une augmentation de capital indispensable à l...

commentaire : Cas. com. 5 mai 1998, JCP 1998, éd. G, IV, 2447 ; I, 163, obs. A. Viandier et J.-J. Caussain ; Droit des sociétés oct. 1998, n° 129, note D. Vidal ; Bull. Joly 1998, 755, note L. Godon. Le refus d'un actionnaire minoritaire de voter une augmentation de capital indispensable à la survie de la société, qui a pour seul but d'entraver le fonctionnement de la société et qui est dicté par des considérations purement personnelles, constitue un abus de minorité. La désignation d'un mandataire pour voter à la place du minoritaire défaillant ou opposant s'impose comme sanction de l'abus de minorité.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°62

Banque et Droit 62


Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)