Certification

Opentrust se scinde en deux entités

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°788

Titrisation : pour une meilleure répartition des risques

Après avoir racheté Opentrust en 2011, Keynectis avait étoffé l’ensemble de son offre autour de l’identité et de la signature numérique. Devenu Opentrust, la société se recentre en 2015 sur l’identité numérique pure. L’activité autour de la certification, Trusted Document and Transaction va en effet être vendu à l’Américain DocuSign. « Ce qui inclut le service de signature électronique Protect & Sign, les transactions électroniques sécurisées et les services autour de la signature électronique comme l’horodatage ou la lettre recommandée électronique, ainsi que l’autorité de certification CertID, certificat de personne ou de machine », précise Pascal Colin, PDG actuel d’Opentrust et qui devrait reprendre les rênes de la nouvelle entité. qui devrait être nommée Docusign. Opentrust, dont la nouvelle DG est Coralie Héritier (jusqu'alors DAF du groupe), devrait conserver l’activité historique de la société à savoir l’infrastructure PKI et le Credential Management System. « Pour la banque, tout ce qui est PKI reste chez OpenTrust. Si la banque a également des services de signature électronique, dans ce cas la partie signature électronique est transférée dans la nouvelle identité française dont l’actionnaire unique devient Docusign. Et les documents signés resteront archivés en France, le plus souvent chez CDC Arkhineo », rassure Pascal Colin. L’activité vendue à Docusign représentait environ 40 % du chiffre d’affaires d’Opentrust. 64 salariés partent sur la nouvelle entité et 71 restent chez Opentrust.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)