Gestion d’actifs: un moment stratégique pour la Place de Paris

Dossier réalisé par Sophie Gauvent

Introduction

Gestion d’actifs: un moment stratégique pour la Place de Paris

Numéro deux en Europe après Londres, l’industrie française de la gestion d’actifs souhaite se redynamiser. Les différents acteurs concernés, dont l’AMF, se mobilisent à un moment stratégique puisque le Royaume-Uni doit quitter l’Union européenne.

Avec 3 600 milliards d’euros d’actifs gérés [1], l’industrie française de la gestion d’actifs joue dans la cour des grands. Elle est numéro deux en Europe après Londres [2]. Dotée de nombreux atouts, elle présente aussi des points faibles, notamment la perte de parts de marché en matière de domiciliation de fonds depuis plusieurs années. Face à ce constat, tous les acteurs concernés se sont mobilisés pour redynamiser la gestion française.

Très impliqué, Didier Le Ménestrel, P-DG de La Financière de l’Échiquier et président de la mission Compétitivité de l’AFG [3], explique (voir son interview) comment s’est réalisée, en 2016, la mobilisation des sociétés de gestion et de l’AMF, cette dernière ayant joué un rôle moteur. De nombreux autres acteurs ont participé aux travaux : l’Association française des professionnels des titres, le Trésor, le ministère des Affaires étrangères, etc. Premiers résultats : une série de sept mesures présentées le 27 octobre 2016, qui vont aider concrètement la Place parisienne à améliorer sa compétitivité. Le même jour a été rendue publique la nomination, à l’AFG, de Jean-Louis Laurens en tant qu’ambassadeur de la gestion. S’il ne doit pas être confondu avec un authentique ambassadeur dépendant du Quai d’Orsay, Jean-Louis Laurens en assumera le rôle : il est chargé de promouvoir la gestion française et la Place de Paris à travers le monde (voir son article). Et le 22 novembre, l’AFG a publié un Livre Blanc où plusieurs propositions sont exposées, comme la création d’un produit d’épargne-retraite individuel innovant qui s’inscrit dans le débat européen ; une autre recommandation vise à rendre la fiscalité française plus stable et plus attractive. La balle est dans le camp des Pouvoirs Publics ; il est important de la saisir, à l’heure où le Royaume-Uni s’apprête à quitter l’Union européenne. Si elle est suffisamment attractive, la Place parisienne pourrait tirer profit du Brexit. Dans le cas contraire, d’autres places sauront en profiter : Luxembourg, Dublin, Francfort… (lire l’article de Nicolas Raynaud et Azzédine Alkhalfioui, Sia).

Au ministère des Affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne, directrice des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme, a bien saisi l’ampleur de l’enjeu pour l’économie française. Elle décrit dans son article la façon dont elle apporte son soutien à la gestion française, notamment au travers du réseau d’ambassades du ministère.

L’un des axes de développement possible pour la gestion française est la gestion des retraites, comme l’explique Jean Eyraud, président de l’AF2i [4] (voir son article). Pour favoriser l’épargne-retraite, la fiscalité jouera un rôle important, mais aussi l’éducation financière.

Un autre cheval de bataille, qui ne concerne pas spécifiquement la France mais toute l’industrie de la gestion d’actifs, est de suivre, influencer et s’adapter aux nombreux chantiers réglementaires en cours. Frédéric Bompaire d’Amundi synthétise les réglementations les plus impactantes. Il s’attache notamment à décrire les caractéristiques de la gestion d’actifs, car les régulateurs se souciant de la stabilité financière soupçonnent cette industrie de développer le shadow banking.

Sur tous les fronts, l’industrie française de la gestion d’actifs se mobilise.

 

Dossier réalisé par Sophie Gauvent

[1] Selon le rapport 2015-2016 de l’AFG.

[2] Selon la revue annuelle d’avril 2015 de l’EFAMA.

[3] L’Association française de gestion financière regroupe principalement les sociétés de gestion.

[4] Association française des investisseurs institutionnels.

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Banque & Stratégie