Gestion d'actifs

Vous avez dit alternatif ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°740

Les banques centrales en dehors des sentiers battus

Longtemps cantonnée, pour certains, dans les brumes mystérieuses de la spéculation (en raison, d'une part, de performances parfois exceptionnelles et qui semblaient difficilement explicables avec une vision traditionnelle des marchés et, d’autre part, d’un accès à des outils qui paraissaient réservés à une caste pouvant investir dans les paradis fiscaux, d’autre part), la gestion alternative s’est pour ainsi dire démocratisée au cours des 10 dernières années. Avec l’apparition de la norme UCITS III, plusieurs gérants alternatifs ont franchi le pas en convertissant leurs fonds à des règles qui les rendaient accessibles au grand public.

De son côté, la gestion conventionnelle « de bon père de famille » s’est elle aussi émancipée. Ainsi, on a assisté à l’introduction, dans certaines gestions conventionnelles, de stratégies de couverture de portefeuille à l’aide d’indices, afin de se protéger plus ou moins momentanément du risque de marché.

Même si de vraies disparités subsistent, la convergence entre la gestion dite conventionnelle et la gestion alternative a franchi des étapes. Les investisseurs y ont gagné en transparence, grâce à UCITS, et en souplesse, grâce à ces approches « autres ».

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet