Gestion d'actifs

Vers un meilleur traitement de l’investisseur

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°782

Entreprises sociales : vers un nouveau marché pour les banques

La nouvelle directive UCITS V qui entrera en vigueur en 2016 constitue un tournant majeur pour l’industrie de la gestion d’actifs en Europe. Elle devrait permettre un meilleur alignement des intérêts des gérants de fonds sur ceux des investisseurs. La directive prévoit notamment qu’au moins la moitié de leur bonus soit versée en parts des fonds qu’ils gèrent. Le versement d’au moins 40 % de cette rémunération variable (60 % pour celles dont le montant est très élevé) sera par ailleurs différé dans le temps pour une durée proportionnelle aux risques de la stratégie en question et à la période de détention recommandée pour l’investisseur. Quoi qu’il en soit, cette durée sera d’au moins trois ans. La période de temps considérée pour asseoir le calcul de cette rémunération variable devra en outre être orientée vers le long terme, là aussi en fonction du niveau de risque. Concrètement, elle sera ainsi plus longue pour des fonds actions que pour des stratégies obligataires. Enfin, les éléments pris en compte pour calculer le montant du bonus devront également intégrer une mesure des risques. Prises collectivement, ces directives représentent un progrès incontestable dans le traitement de la question des conflits d’intérêt, réels ou perçus, entre la rémunération des gérants et l’intérêt des investisseurs. Au final, ces progrès devraient se traduire par une amélioration significative du traitement des investisseurs, ce qui par extension devrait aussi rejaillir positivement sur toute l’industrie de la gestion d’actifs en Europe.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet