Comptabilité

La titrisation comme technique de réduction de la consommation de fonds propres

Depuis fin 2013, quelques opérations de titrisation ont vu le jour avec l’objectif de libérer des fonds propres pour la banque, ceux-ci devenant une ressource rare. Mais pour être déconsolidants sur le plan prudentiel, ces montages sont complexes compte tenu des contraintes à respecter, comme le montre l’analyse détaillée des titrisations réalisées par le Crédit Foncier.

1. OPÉRATION DE TITRISATION

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°795

Vers Bâle IV ? Les banques dans l’incertitude

Depuis le milieu des années 1990, et jusqu’à récemment les banques françaises réalisaient des opérations de titrisations de prêts avec pour seul objectif de réduire le coût de financement. Les prêts transférés au fonds commun de titrisation et la dette levée par le fonds restaient dans ce cas comptabilisés à leur bilan consolidé (voir Encadré). Ces opérations n’avaient pas d’impact sur la consommation de fonds propres, tant du point de vue du ratio de solvabilité que plus récemment du ratio de levier.Depuis fin 2013, quelques opérations de titrisation ont vu le jour avec un tout autre ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet