Gestion d'actifs

Que faire des rétrocessions ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°742

Numéro double : Rétrospective 2011- Prospective 2012

Les rétrocessions que les conseillers financiers reçoivent des sociétés de gestion sont-elles de nature à créer une situation de conflit d’intérêts ? En d’autres termes, un conseiller vend-il à son client le fonds qui est le plus adapté à sa situation et son objectif de placement, ou le fonds sur lequel il perçoit la meilleure rétrocession ?

Au Royaume-Uni, la FSA [1] s’est saisie de la question depuis un certain temps déjà : la RDR [2] s’appliquera à compter de fin 2012 et interdira les rétrocessions à destination des IFA [3]. De leur côté, les autorités européennes ont entamé une réflexion similaire dans le cadre d’une nouvelle mouture de Mifid ; d’insulaire, la question est véritablement devenue paneuropéenne.

On s’en doute, ces projets suscitent des résistances de la part des professionnels concernés. Ce qui est en question, c’est leur rémunération et dans certains cas leur survie économique, pour ceux d’entre eux qui sont très dépendants des rétrocessions. Mais il ne s’agit pas seulement d’un réflexe corporatiste. En effet, les investisseurs sont-ils prêts à payer le conseil ? Et pour un coût similaire, sont-ils capables d’accepter de payer des honoraires en lieu et place des rétrocessions ? Rien n’est moins sûr…

 

[1] Financial Services Authority.

[2] Retail Distribution Review.

[3] Independant Financial Advisors.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet