Economie

Performance de l’ISR

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°806

Élection présidentielle : les enjeux pour le secteur financier

La performance des fonds d’investissement socialement responsable (ISR), ou plus précisément leur sur- ou sous-performance vis-à-vis des fonds classiques, fait depuis longtemps débat. Deux théories s’affrontent. La première considère que le screening (le filtre) ISR réduit la capacité de diversification, et de ce fait les performances des fonds. La seconde considère qu’au contraire le screening ISR contribue à révéler de l’information dans les prix, offrant à ceux qui l’utilisent un avantage comparatif et des performances supérieures. L’évidence empirique est très partagée, les travaux académiques sur le sujet concluent bien souvent que la différence de performance entre fonds ISR et fonds conventionnels est faible et peu significative. Mais le fait que la performance moyenne des fonds ISR soit indistinguable de celle des fonds classiques ne signifie pas nécessairement que la contribution du screening ISR à la performance est nulle. En effet, les performances moyennes peuvent cacher des différences importantes entre les rendements des deux types de fonds, par exemple au cours du temps (les fonds ISR ont notamment fait la preuve de leur meilleure résilience face aux crises) ou entre fonds (les fonds ISR peuvent avoir entre eux des objectifs très différents). Par ailleurs, le screening ISR peut induire des choix indirects de secteurs, styles ou pays. Les entreprises les mieux notées sont très souvent de grandes entreprises concentrées dans certains secteurs. La contribution du screening doit donc être proprement isolée des choix induits d’allocation d’actifs.

Dans un récent article [1], nous proposons de revisiter cette question sous un angle nouveau, celui de la contribution du screening ISR à la variabilité des performances. Une méthode de décomposition de performance est proposée, qui permet d’isoler la part de la performance issue du screening ISR et de la comparer aux sources traditionnelles de performance des fonds. Les résultats obtenus sur un large panel de fonds américains et internationaux, montrent que le screening ISR contribue à la variabilité des rendements, au même titre que les choix d’allocation d’actif ou la gestion active du fonds. La contribution du screening ISR peut être comparée aux autres choix actifs. Elle est de l’ordre de 4 % à 10 %, environ deux fois plus faible que celle des choix de gestion active.

 

[1] M. Brière, J. Peillex et L. Ureche-Rangau, « Do Social Responsibility Screens Matter when Assessing Mutual Fund Performance? », à paraître, Financial Analyst Journal, 2017.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet