L’actualité des M&A bancaires

Mouvement dans la gestion d’actifs italienne

Banco BPM s’engage dans la fusion de son activité de gestion d’actifs avec celle du plus important gestionnaire d’actifs indépendant italien. Plus qu’un retrait du marché, il s’agit au contraire d’un nouveau départ dans un secteur dynamique et à fort potentiel.

1. PRINCIPALES OPÉRATIONS DE M & A DANS LE MONDE

L'auteur

  • Pujals
    • Chargé d'études
      Bureau Van Dijk
    • Chargé de cours
      Université Paris-Descartes

Pour en savoir plus

image
  • 2 . L E S P R I N C I P A U X G E S T I O N N A I R E S D ’ A C T I F S E N I T A L I E

    2 . L E S P R I N C I P A U X G E S T I O N N A I R E S D ’ A C T I F S E N I T A L I E

Revue de l'article

À l’instar des premiers mois de l’année, les cessions d’actifs ciblées et les rachats de FinTechs ont été, durant l’été, les deux priorités des établissements bancaires. L’objectif étant, d’une part, d’améliorer leur bilan et, d’autre part, de préparer la banque de demain. On insistera surtout sur l’opération structurante et stratégique opérée par la banque italienne Banco BPM, issue du rapprochement au 1er janvier 2017 entre les deux établissements coopératifs Banco Popolare et Banca Popolare du Milano (voir Encadré 1).

Le troisième groupe bancaire italien a annoncé le 4 août dernier la fusion de sa filiale de gestion d’actifs, Aletti Gestielle, avec son compatriote et concurrent, le gestionnaire d’actifs Anima Holding. Anima va payer un prix d’acquisition de 700 millions d’euros en numéraire pour racheter Aletti Gestielle. En outre, Banco BPM recevra jusqu’à 250 millions d’euros supplémentaires en fonction des résultats d’Aletti Gestielle au moment de la finalisation de l’accord, qui devrait intervenir d’ici la fin de l’année. La transaction devrait également inclure le transfert d’activités de sa banque privée, Banca Aletti, pour environ 150 millions d’euros. Au total, la transaction pourrait donc atteindre un montant maximal de 1,1 milliard d’euros.

L’accord prévoit également un partenariat stratégique entre Banco BPM et Anima et des accords commerciaux de distribution de produits pour une durée de 20 ans.

Depuis plusieurs mois, les principaux actionnaires d’Anima, Banco BPM (14,7 %) et Poste Italiane (10,3 %), réfléchissaient aux moyens de développer les activités du plus grand gestionnaire d’actifs indépendant italien.

Avec Aletti Gestielle, Anima, qui gère actuellement plus de 75 milliards d’euros, s’adjoint environ 18 milliards d’euros d’actifs supplémentaires et se hisse ainsi à la quatrième place des acteurs du secteur italien de la gestion d’actifs, derrière Generali, Eurizon/Intesa Sanpaolo et Pioneer Investments/Amundi (voir Encadré 2). Au manque de détermination, qui avait caractérisé la résistance au français Amundi dans le rachat de Pioneer en décembre dernier, s’est substituée cette fois-ci la volonté de faire émerger un acteur italien de premier plan.

Une fois cette fusion réalisée, la poste italienne (Poste Italiane) envisage d’intégrer à moyen terme dans Anima sa propre société de gestion d’actifs, BancoPosta Fondi, pour créer un nouvel ensemble capable de rivaliser avec les poids lourds du secteur au niveau national. Poste Italiane détiendrait ainsi à terme entre 21 et 25 % de la nouvelle société. Banco BPM resterait présent au capital avec une participation significative de près de 10 %.

À l’instar de la consolidation en cours sur le marché de la gestion d’actifs en Italie, les gérants de taille moyenne en Europe regroupent leurs forces pour grossir et rationaliser leurs activités, dans un contexte de pressions à la baisse sur les tarifs et de durcissement réglementaire.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet