Gestion active / passive

Les gérants actifs ont du mal à tirer leur épingle du jeu

Le faible taux de succès des fonds européens en gestion active sur le long terme s’explique notamment par leur faible taux de survie.

tableaux 1 et 2

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°825

Métiers bancaires : les évolutions s'accélèrent

La gestion passive, qui permet de répliquer à bas coût la performance d’un indice, a le vent en poupe. Si elle séduit autant les investisseurs, c’est aussi que la gestion active tient difficilement ses promesses en termes de performance. S’il existe bien sûr des exceptions, le taux de succès moyen des gérants actifs est peu convaincant sur le long terme. Morningstar publie deux fois par an le Baromètre Actif/Passif de la gestion collective, qui compare les performances des fonds actifs à celles des fonds passifs au sein de chaque catégorie Morningstar. Jusqu’ici réservée au marché ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet