Gestion d'actifs : « Slow investing »

L’emprise du court terme, les biais psychologiques et l’excès de trading n’aident pas les investisseurs à atteindre leurs objectifs financiers sur le long terme. Pour y parvenir, un moyen plus sûr consiste à promouvoir une démarche plus lente, avec peu de rotation des portefeuilles, et une approche centrée sur la valorisation et les fondamentaux.

escargot

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°814

Is small beautiful ? La proportionnalité dans la réglementation

« Le principal problème de l’investisseur – et sans doute son pire ennemi – a de bonnes chances d’être lui-même ». Lorsqu’il écrit ces lignes en introduction de son livre L’investisseur intelligent (1949), Benjamin Graham met le doigt sur l’un des problèmes centraux de l’investissement.De nombreux investisseurs, particuliers mais aussi institutionnels, ont l’impression de prendre une décision d’investissement alors qu’il s’agit de spéculation. Ils prêtent trop d’attention au « bruit » du marché, n’ont pas toujours une idée claire de la valeur fondamentale des instruments dans lesquels ils ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet