Gestion d'actifs

Gérer vertueusement ses encours

L'auteur

Revue de l'article

Un gérant qui refuse de l’argent, voilà qui n’est pas commun. Pourtant, cela arrive. Ce fut le cas récemment avec la société de gestion écossaise Aberdeen, qui a décidé de relever les frais de souscription de deux de ses fonds actions émergentes. Il est vrai que le premier fonds avait allégrement franchi le seuil des 15 milliards de dollars d’encours, et que le second est investi en petites capitalisations.

Quoi qu’il en soit, la mesure est suffisamment rare pour être soulignée, même si quelques sociétés de gestion suspendent les souscriptions de loin en loin. En France, ce fut le cas par exemple de la Financière de l’Échiquier pour son fonds phare Agressor, au milieu de la dernière décennie, lorsqu’il atteignit 1 milliard d’euros. Même approche chez Moneta avec le fonds Moneta Micro Entreprises, une fois atteint le seuil de 130 millions d’euros.

La mesure peut paraître anecdotique aux yeux de certains, mais il s’agit en fait d’un véritable acte de gestion consistant à préserver la manœuvrabilité du fonds en fonction de sa classe d’actifs. Bref, à ne prendre sous gestion que ce que l’on est en mesure de gérer… Autant dire qu’en ces temps de marchés difficiles, d’investisseurs frileux et d’incertitudes macroéconomiques, l’attitude est particulièrement vertueuse.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet