Financement de panneaux photovoltaïques et délit d’escroquerie

Est coupable d’escroquerie, le prévenu ayant importé dans une société, dont il était le directeur commercial, une pratique consistant à permettre le déblocage par anticipation des prêts finançant le matériel et les travaux, à l’insu du client, en adressant à la société financière des bons de livraison signés en blanc par celui-ci dès la conclusion du contrat, alors que le matériel n’avait pas été installé ni même livré.

Cass. crim. 5 mai 2021, n° 20-82.447.

L'auteur

Revue de l'article

Linstallation de panneaux photovoltaïques et leur financement donnent lieu, depuis plusieurs années, à un contentieux civil particulièrement important[1]. Or, certaines décisions de nature pénale peuvent également être observées à l’encontre des vendeurs/installateurs de tels panneaux[2]. Nous en avons ici une illustration.En l’occurrence, le 13 mai 2009, la société de financement X. avait porté plainte et s’était constituée partie civile du chef d’escroquerie, en faisant valoir qu’elle avait financé l’acquisition de panneaux photovoltaïques par des clients de la société Y., qui lui ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet