Économie

L’engagement : nouvelle stratégie d’investissement socialement responsable ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°772

Plongée dans les IFRS : vers des eaux plus claires et calmes ?

Un rapport récent [1] commandé par le fonds souverain norvégien revient sur les stratégies socialement responsables (SR) adoptées par les investisseurs institutionnels. Au-delà des approches bien connues de sélection de titres sur critères éthiques ou socialement responsables (screening négatif ou approche best in class [2]), le rapport met en évidence l’importance croissante des stratégies de vote et d’engagement, qui cherchent à améliorer le comportement SR d’entreprises par une discussion avec les dirigeants ou une politique active de vote en assemblée générale.

D’un point de vue empirique, des travaux récents ont montré l’impact positif sur les performances de la politique de vote des investisseurs lors d’assemblées générales. Les tests empiriques des stratégies d’engagement sont malheureusement encore peu nombreux. Ils supposent d’avoir accès à des données privées d’un large investisseur institutionnel mettant en place ce type de stratégies. Les travaux existants se sont focalisés sur les stratégies d’engagement visant à améliorer la gouvernance des firmes ciblées. Mais l’article de Dimson et al. (2013) apporte des éléments nouveaux particulièrement intéressants au débat [3]. Les auteurs examinent les performances de stratégies d’engagement d’un grand investisseur institutionnel, cette fois sur les trois dimensions : environnementale, sociale et de gouvernance. Ils montrent que les entreprises cibles des stratégies d’engagement sont généralement de grande taille, détenues majoritairement par des investisseurs institutionnels et présentant une moins bonne gouvernance. 18 % des stratégies d’engagement conduisent à un changement de la part des sociétés. Ces opérations réussies conduisent à une amélioration significative des performances des sociétés ciblées (rendement moyen annualisé d’environ 7 % en excès du marché), avec une réaction plus forte des cours sur les thèmes de la gouvernance d’entreprise et du changement climatique. Globalement, même en tenant compte des 82 % des cas où les stratégies d’engagement ont échoué, la stratégie d’engagement se révèle être globalement profitable, surperformant légèrement le marché.

[1] Dimson et al. (2013), « Responsible Investment and the Norwegian Government Pension Fund Global », Strategy Council 2013.

[2] S. Pouget S. (2014), « On the Financial Performance of Socially Responsible Investment », Bankers Markets and Investors n° 128, janv.-févr.

[3] Dimson et al. (2013), « Active Ownership », SSRN Working Paper.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet