Gestion des risques et des organisations

EMIR : de nouvelles infrastructures de marchés, mais des conséquences opérationnelles

La mise en œuvre des obligations issues de la réglementation EMIR sur les transactions de produits dérivés concerne non seulement les établissements financiers mais également les entreprises qui y recourent à titre de couverture. Ces dernières risquent de ressentir plus fortement les conséquences opérationnelles.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°762

L'innovation est un moteur de développement

Sous l’impulsion du G20, l’Europe a entrepris un certain nombre de réformes visant à réguler les marchés financiers. La réglementation EMIR [1] sur les produits dérivés de gré à gré et les infrastructures des marchés européens promeut l’utilisation des contreparties centrales (CCP) ou chambres de compensation.La réglementation EMIR a pour objectif :d’abord de renforcer l’intégrité des marchés, d’accroître la transparence, d’améliorer la responsabilisation des acteurs et de sanctuariser l’implémentation d’un code de conduite ;mais aussi de coupler sécurité et standardisation avec une ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet