Gestion d'actifs

Distribution externe

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°771

Union bancaire : que veut l'Allemagne ?

Un banquier « de la Place », selon l’expression consacrée, s’interroge sur l’avenir de sa filiale de gestion et sur la façon de l’envoyer marauder sur de nouveaux marchés… Le patron d’une grosse maison de gestion parisienne tance ses équipes incapables de se reconvertir à la distribution externe alors même qu’une autre filiale du même réseau, bien plus petite, ne cesse de marquer des points… Depuis quelques mois, les exemples de réseaux cherchant à opérer leur mue et à se convertir à la distribution externe se multiplient.

Rien d’étonnant à cela : même si les Français ont une piètre culture financière et économique, toutes les enquêtes affirment que l’esprit consumériste finit par les atteindre. Le développement des offres sur Internet, des comparateurs, les blogs et autres groupes d’intérêts les rendent chaque jour un peu plus curieux et proactifs, y compris en matière de placements.

Au point que de plus en plus de banquiers prennent conscience, même s’ils ne l’avouent pas en public, que leurs réseaux auront sans doute de plus en plus de difficultés à ne servir que les produits « maison » à une clientèle qui commence à aller voir ailleurs. Et ils se disent que s’ils doivent se convertir à l’architecture ouverte, il serait bon en retour que leurs usines de production trouvent de nouveaux débouchés hors groupe…

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet