La dictature de l'indice

* À titre de contre-exemple : en 2007, l’indice CAC 40 a fait +1,30% (les fonds Actions France Large Cap ont progressé de 1,53% grâce aux dividendes) tandis que l’indice CAC Mid 100 lâchait 1,91%.

Revue de l'article

Sur les 8 premiers mois l’année, les petites et moyennes valeurs se sont mieux comportées que les grandes capitalisations : les fonds de la catégorie Actions France Petites et Moy. Cap. ont en moyenne pris 5,80 % alors que dans le même temps la catégorie Actions France Large Cap lâchait 3,8 %*.

Plusieurs raisons expliquent ces différences de parcours. Il y a d’abord tout simplement le comportement des indices eux-mêmes. Le CAC 40 a fait -6,50 %, pendant que le CAC Mid 100  prenait +4,38 % et que le CAC Small 90 progressait de 1,20 %.

Pourquoi de telles différences de rendement entre ces indices ? Parce que, entre autres, ce ne sont pas les mêmes types d’investisseurs qui s’intéressent aux uns et aux autres. Sur le CAC 40, à côté des investisseurs individuels, on trouve beaucoup d’investisseurs institutionnels et des fonds d’investissement. Sur le segment des petites et moyennes valeurs, il y a peu d’institutionnels et les gérants qui sont présents ont souvent une approche moins indicielle que celle des gérants de fonds de grandes capitalisations.

Le phénomène ne vaut pas que pour les actions françaises : les fonds Actions Zone Euro Grandes Capitalisations ont en moyenne lâché 6,49 %, ceux de la catégorie Moyennes Capitalisations 2,30 %, mais ceux que la catégorie Petites Capitalisations ont progressé de 1,64 %.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet