Cryptomonnaies : ce que peut dire le conseiller

Cryptomonnaie. L'histoire a commencé par le bitcoin, lancé début 2009.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°860

Covid-19 : accélérateur de tendances

La bulle internet a laissé des souvenirs indélébiles. Une hausse déraisonnable des bourses, des promesses d’enrichissement rapide pour des investisseurs de plus en plus nombreux, puis l’éclatement de la bulle. Une chute boursière violente. Beaucoup d’argent perdu. Peu d’entreprises qui survivent. Folie et mésaventure? Sans doute. Mais quelques valeurs ont émergé. La plus connue est Google, l’un des nombreux moteurs de recherche en compétition pendant la bulle, aujourd’hui l’une des premières entreprises du monde. Surtout, la conséquence économique de cet épisode fut en fin de compte remarquable : notre société a basculé dans le monde d’internet.

Les cryptos, réplique de la bulle internet ?

Et si le phénomène des cryptomonnaies était appelé à suivre une évolution du même type? L’histoire a commencé par le bitcoin, lancé au début de l’année 2009. Le concept est de fabriquer puis distribuer une monnaie décentralisée et fonctionnant sur un système de conservation permanente de toutes les transactions les unes à la suite des autres (la fameuse blockchain). Bien entendu, la cryptographie y est essentielle pour que ces transactions et leurs traces soient sécurisées. C’est de là qu’est venu le terme de "cryptomonnaie".

L’innovation technologique est peut-être difficile à saisir dans le détail pour les non-spécialistes, mais ses conséquences sont faciles à comprendre :

– il devient possible de réduire les « frottements » des paiements : moins de temps et moins de coûts ;

– cette nouvelle monnaie peut devenir une réserve, avec l’atout de ne pas être dépendante d’une autorité centrale.

Certes, le bitcoin consomme une énergie considérable, du fait de la consommation d’électricité des ordinateurs qui valident et mettent en mémoire définitive chaque nouvelle transaction. Il n’empêche : une innovation en appelle d’autres. C’est ce qui explique la naissance d’un nombre important de nouvelles cryptomonnaies, chacune partant, avec ses spécificités, à la conquête de l’Eldorado.

Espoir et volatilité

La ligne d’avenir est bien dessinée. Demain, toutes les monnaies seront des cryptomonnaies. Mais c’est là que naissent les interrogations, dont les deux principales sont les suivantes :

– le jour où les banques centrales et les États émettront leurs propres cryptomonnaies, que deviendront les cryptos décentralisées ?

– dans l’hypothèse où quelques-unes survivraient, ce qui est vraisemblable du fait d’une antériorité certaine sur toute tentative de reprise en main centralisée, lesquelles seront les heureuses élues ?

Nous sommes dans l’exacte position du début de la bulle internet. Chaque jour, naît une nouvelle monnaie qui suscite de nouveaux espoirs, tous les rêves sont permis, et les paris vont bon train.

Il existe désormais de nombreuses plateformes sur lesquelles des particuliers ou des institutionnels peuvent acheter, échanger ou vendre des cryptomonnaies. Les valeurs montent, s’effondrent, repartent, de l’argent est très vite gagné… et parfois reperdu tout aussi rapidement. À chaque époque ses médias : les chaînes YouTube d’information et d’analyse sur le marché des cryptos se multiplient, les formations abondent, on peut s’abonner sur Twitter à des spécialistes qui expliquent chaque jour l’actualité, les nouveautés, les meilleures façons de « trader ».

À la fin de l'année 2020, il y avait 100 millions de particuliers dans le monde qui détenaient du bitcoin ou quelque autre cryptomonnaie. À la fin du mois de juin 2021, ils étaient 210 millions, soit une croissance de plus de 100 % en six mois à peine. Il devient difficile pour le conseiller d’ignorer ce phénomène qui touche probablement une partie de sa clientèle…

Investir ou jouer

Du côté des institutionnels, de grands fonds d’investissement, mais aussi des fonds de pension, ont commencé à prendre des positions sur le bitcoin ou l’ethereum, par exemple. L’explication donnée? Un investissement de long terme, sur une partie certes très marginale du portefeuille. Un peu comme une alternative, ou un complément, à l’or.

Il n’est donc pas déraisonnable de parier sur une valeur long terme des deux principales cryptomonnaies. Peut-être quelques autres tireront-elles aussi leur épingle du jeu.

Il reste qu’un nombre de plus en plus élevé de jeunes (ou moins jeunes) veulent jouer à ce nouveau marché, plein de promesses et de dangers. Pourquoi ne pas leur apprendre ce que l’on sait de la volatilité, surtout lorsqu’elle est très forte? Ne jouer qu’avec l’argent que l’on peut perdre. Prendre ses profits avant qu’il ne soit trop tard. Faire peut-être des achats réguliers, d’un montant constant, pour lisser son prix d’achat. Sécuriser ses gains sur un placement plus tranquille. Et, toujours, équilibrer son patrimoine.

 

Guy Marty est le fondateur et directeur de PierrePapier.fr.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet

  • Droit de la régulation bancaire : Droit souple et actifs numériques , CE 2 avril 2021, Société Blockchain Process Security e. a., n° 448415.

    • Chronique
    • 24/05/2021
    • Revue Banque N° 857