Gestion d'actifs

Chères devises

L'auteur

Revue de l'article

Les scandales se suivent… et se ressemblent. Après les subprime, après les fonds monétaires sur-vitaminés qui se sont révélés anémiques, après l'accident Madoff, l'incident Kerviel, après l'entente sur le Libor, c'est au tour du marché des devises d'être dans l'œil du cyclone. Une affaire somme toute banale d'entente entre opérateurs, afin de caler des niveaux idoines au bon moment.

L'affaire a suscité un certain émoi, de par la taille des sommes en jeu, mais aussi par le côté répétitif d'un scénario qui voit une poignée de professionnels s'entendre pour berner l'ensemble du marché. Quoi ? Cette industrie de la finance ne serait donc pas réformable et les marchés seraient condamnés à voir régulièrement des opérateurs surpris la main dans le pot de confiture ? Mais il n'y a pas réellement de fatalité, juste des conditions qui rendent la tentation difficile à repousser.

Les sommes en jeu sont à ce point considérables qu'une ponction de quelques points de base au passage peut représenter un gain conséquent pour un opérateur tout en étant indolore pour le client. C'est le drame ontologique de cette industrie financière où se croisent gens talentueux, tempéraments créatifs et réelles opportunités : il est pour ainsi dire impossible de ne pas se prendre les pieds dans le tapis !

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet