La caractérisation du délit d’abus de biens sociaux implique une démonstration certaine d’un abus des biens de la société

Le délit d’abus de bien sociaux ne saurait être retenu en présence d’énonciations qui ne permettent pas de déterminer si les fonds, utilisés à titre personnel, ont étésur un compte de la société ou sur un compte courant d’associé du prévenu et, le cas échéant, si les prélèvements réalisés ont rendu ce compte d’associé débiteur.Il importe peu qu’au moment des faits l’intéressé fût interdit bancaire.

Cass. crim. 16 juin 2021, n° 20-83.526 : Dr. sociétés août 2021, comm. 113, obs. R. Salomon.

L'auteur

Revue de l'article

Les associés participent au financement de la société par leurs apports, dont le total constitue le capital social. Mais il arrive fréquemment que ces mêmes associés effectuent, en plus de leurs apports, des avances, soit en versant des fonds à la société, soit en laissant à la disposition de cette dernière des sommes qu’ils renoncent temporairement à percevoir. Ils recourent ainsi à ce que l’on appelle des « comptes courants d’associés », c’est-à-dire des prêts ayant pour caractéristique d’être consentis, non pas par des établissements de crédit, mais par les associés eux-mêmes. Il est ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet