Gestion d'actifs

L'active share : un outil devenu incontournable à manier avec précaution

L’active share mesure le degré de gestion active d’un fonds. Cet outil connaît un grand succès auprès des investisseurs, car il permet de distinguer les fonds véritablement actifs de ceux qui restent trop proches d'une gestion passive. Les fonds avec une part active très élevée ne donnent pas pour autant une garantie de surperformance…

billet

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°800

Crédit immobilier : le modèle français menacé

Le concept d’active share, ou de « part active », est devenu populaire dans le monde de la gestion d’actifs depuis les travaux de deux universitaires américains, Antti Petajisto et Martjin Cremers, publiés en 2009. Cet outil permet de mesurer de manière claire et intuitive le degré de gestion active d’un fonds. Son calcul consiste simplement à faire la somme des différences absolues entre les pondérations des valeurs détenues dans le portefeuille du fonds et les pondérations des valeurs présentes dans l'indice de référence. Dans les cas extrêmes, un portefeuille affichant un score de part ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet