Désintermédiation

Les acteurs de la protection sociale prêtent aux PME

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°794

Bail-in : les paradoxes du renflouement interne

Depuis décembre 2014 [1], les institutions de prévoyance et les mutuelles peuvent, à l’instar des sociétés d’assurance, investir dans des fonds de prêts à l’économie (FPE). Une opportunité saisie par deux acteurs de la Place, Klesia et AG2R La Mondiale, qui ont lancé le fonds « PME emplois durables » dont un tiers des actifs seront des FPE gérés par Acofi Gestion. Le reste se répartit entre des actions et de la dette cotées (poches respectivement gérées par La Française AM et AGICAM), ainsi que des actions non cotées (gérées par Siparex). Les TPE-PME en phase de transmission sont plus spécifiquement ciblées. Les financements unitaires en dette pourraient commencer à 100 000 euros et porter sur les dépenses de R&D. Rejoints par OCIRP, les promoteurs du fonds ont déjà mobilisé 210 millions d’euros. Ils espèrent attirer d’autres investisseurs, notamment grâce à une promesse de rendement de 3,5 %.

Ce véhicule n’est pas sans rappeler les fonds de Place lancé par la Caisse des Dépôts, en particulier Novo. Lancé en 2013, ce fonds de prêts à l’économie a permis de lever plus d’un milliard d’euros auprès des assureurs et fera l’objet d’une nouvelle levée de fonds en 2016 à hauteur de 300 millions d’euros, comme l’a annoncé l’Association française de l’assurance fin janvier.

 

[1] Décret n° 2014-1530 du 17 décembre 2014, faisant suite au décret n° 2013-717 du 2 août 2013.

 

Sur le même sujet