Politique monétaire

La Fed à l’heure Trump

FED

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°803

Numéro double 803-804 : Prospective 2017 - Rétrospective 2016

Sans surprise, la Fed a relevé ses taux directeurs d’un quart de point mi-décembre. Ils évoluent désormais dans une fourchette de 0,50 à 0,75 %. La banque centrale américaine déclare par ailleurs envisager trois hausses l’an prochain, contre deux lors de la précédente réunion. Mais avec l’élection de Donald Trump et la période d’incertitude qui s’ouvre, la Fed a-t-elle toujours les moyens de guider les marchés ? « La Fed garde toute sa crédibilité, assure Florence Pisani, directeur de la recherche économique chez Candriam. Une période d’incertitude s’ouvre, car on ne connaît ni l’ampleur ni les effets des mesures de stimulation budgétaire que la nouvelle administration parviendra finalement à faire voter. La Fed va attendre d’en savoir plus avant de décider de la vitesse à laquelle elle resserre. Elle n’a d’ailleurs pas besoin d’agir tout de suite : les marchés font le travail à sa place et ajustent, en temps réel, le niveau des taux longs et du dollar aux perspectives de croissance. » Par ailleurs, les relations de la nouvelle administration avec la banque centrale pourraient se détériorer, comme le laissent penser les attaques du candidat Trump contre Janet Yellen, le mouvement contestataire au sein du Congrès autour d’un audit de la Fed ou encore les réflexions autour de l’attribution des deux sièges vacants au sein de l’institution. Au point de changer l’équilibre des forces dès 2017 ?

 

Sur le même sujet