Trade Finance

Commerce international : hausse des taux de défaut

Trade finance

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°861

Face au climat

La publication par la Chambre de commerce internationale du Trade Register Report était impatiemment attendue par les acteurs du trade finance. Cette vaste étude statistique [1] mesure les risques de crédit bancaire du métier : crédits documentaires import et export, financements court terme import et export, garanties et standby letters of credit (SBLC)… Depuis 2017, le rapport s’est même étoffé, intégrant les techniques de financement du supply chain finance et les financements export à moyen et long terme garantis par des assureurs publics ou des organismes multilatéraux. Ce travail est apprécié par les régulateurs bancaires. Pour preuve, il a permis aux banques d’obtenir, par exemple, des dérogations spécifiques pour ces transactions.

En cette année particulière de pandémie de Covid-19, sa date de sortie retardée laissait augurer de mauvaises nouvelles. Les données communiquées par les 22 banques contributrices sur la période constituent un échantillon représentatif des grandes tendances du marché, pesant en 2020 12 % des échanges commerciaux dans le monde et 28 % des transactions de trade finance.

Les taux de défaut en 2020 accusent globalement une légère détérioration, avec des contrastes selon les produits. Si les taux de défaut des crédits documentaires export restent stables, tant en exposition qu’en nombre de transactions (0,01 %), à l’import, les taux de défaut par exposition se dégradent et passent de 0,09 % à 0,18 %. En nombre de transactions, ils progressent de 20 %, passant de 0,10 % à 0,12 %. Ces défauts restent toutefois faibles. Les garanties de marché résistent plutôt bien. Seuls, les crédits import et export présentent des taux de défaut très dégradés en exposition, passant de 0,10 % à 0,42 % (+320 %) et en nombre de transaction (+190 %).

Reflet de la baisse des échanges mondiaux (-7,5 % selon les chiffres du DOTS en 2020), les revenus générés par les activités de trade finance s’élèvent à 45 milliards de dollars selon le cabinet BCG, en recul de 10 %. En particulier, les revenus liés au traitement des crédits documentaires ont baissé de 16 %.

 

[1] Consultable dans une version allégée de 52 pages sur le site d’ICC : https://iccwbo.org/publication/icc-trade-register-report/.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet