Gestion des risques

L’assurance de portefeuille se renouvelle

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°757

Supervision européenne : intégration ou complexification ?

Minimiser les risques pris par les investisseurs, c'est l'objectif de l'assurance de portefeuille. La technique se renouvelle régulièrement, notamment grâce aux modèles TPPI [1] qui font eux-mêmes aujourd'hui l'objet d'innovations. Par exemple, l'équipe de recherche de la société d'ingenierie financière AAAiC [2] propose une nouvelle interprétation de ces modèles qui commence à se diffuser dans les fonds de pensions, les fondations, les sociétés d'asset management et, dans une moindre mesure, chez les assureurs.

Exposée dernièrement lors d'une conférence organisée par l'EIFR [3], cette technique généralise le TPPI en utilisant plus de deux classes d'actifs et plusieurs types de protection. Selon Adina Grigoriu, directrice de la recherche de AAAiC , « on observe dans la pratique que les modèles TPPI généralisés développés par notre équipe permettent aux portefeuilles de dégager plus de performance que d'autres approches utilisées en matière d'allocation d'actifs. Ils permettent aussi d'améliorer les approches d'assurance de portefeuilles classiques. »

Toutefois, le TPPI se fonde sur des simulations, ce qui induit un risque de modèle. « Pour limiter ce risque, nos modèles évoluent en permanence afin d'intégrer les changements observables de comportement des actifs, indique Adina Grigoriu.  Autre point important: nous surveillons tous les portefeuilles en continu et sommes prêts à revoir l'allocation si certaines limites de risque sont franchies. »

[1] Time Variant Proportion Portfolio Insurance.

[2] Active Asset Allocation International Consulting.

[3] European Institute of Financial Regulation.

 

Sur le même sujet