Vers une cure de désintoxication carbone mondiale des portefeuilles

La contribution à la transition énergétique et la réduction des risques de transition passent toutes deux par la réduction des émissions de gaz à effet de serre des actifs. Pour un acteur financier, cela signifie réduire l’empreinte carbone de son portefeuille pour diminuer ses risques, mais aussi maximiser les émissions économisées pour saisir les opportunités.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°833bis

FINANCE VERTE: Le monde de demain !

En 2018, les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) représentaient toujours près de 80 % de la consommation énergétique finale. Cette addiction aux énergies fossiles (fossile étant égal à « qui contient du carbone »), qui s’est accélérée très fortement à la fin de la seconde guerre mondiale, dérègle notre climat en amplifiant l’effet de serre naturel via l’ajout massif de gaz tels que le CO2, issue de la combustion fossile. L’atmosphère parvient à bloquer de plus en plus de chaleur, ce qui entraîne le réchauffement climatique, la hausse du niveau de la mer, la perturbation du cycle ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet