Contexte juridique

La société de titrisation française, un instrument attrayant

La toute première société de titrisation, issue de l’ordonnance du 13 juin 2008, vient d’être créée. Ce statut français présente de nombreux avantages qui pourraient séduire les émetteurs européens.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°724

Titriser plus pour financer plus, à quelles conditions ?

Alors que les répercussions de la jurisprudence Cœur Défense et Mansford [1] [1]sur les montages de financements structurés suscitent des débats animés, un nouveau conduit d’émission de titres à court terme adossés à des actifs (asset backed commercial paper ou ABCP) sponsorisé par Natixis, Magenta Funding, vient de voir le jour [2] [2]. Dans le contexte de crise actuel, l’événement ne passe pas inaperçu.Le marché français est bien vivantIl illustre d’abord le fait que si une partie du marché de la titrisation a disparu plus ou moins durablement – essentiellement les re-titrisations, les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Titriser plus pour financer plus : à quelles conditions ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet